Ashes to Ashes

1976:  David Bowie poses for an RCA publicity shot in 1976. (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)

Le 9 est triste.

Le monde culturel et artistique est triste.

Nous venons de perdre un des plus grands artistes du XXème siècle, un des piliers fondateurs de la sub- culture.

En me levant ce matin, les yeux rivés sur la presse, une info est arrivée à mes oreilles, info encore non confirmée par l’AFP : David Bowie est mort.

Les larmes aux yeux, mes mains moites ont monté le son de la télévision.

Impossible d’y croire, David faisait partie de ces personnages immortels, mystiques, traversant les époques et les modes.

Il y a tant à dire, à raconter ; Le velvet underground, Lou Reed, Iggy Pop et son aventure berlinoise… Je m’y perdrais.

Tellement insaisissable au travers de ses alter ego, tellement insaisissable par son silence, Monsieur Bowie venait de livrer un énième album brillant, encore.

Lazarus, ou une prémonition.

Ses disques continueront de tourner sur ma platine et je me souviendrai encore, comment je jouais à Ziggy Stardust la guitare en bandoulière devant le miroir de ma chambre d’adolécent.

Merci Monsieur Bowie.

 

1976:  David Bowie poses for an RCA publicity shot in 1976. (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)
1976: David Bowie poses for an RCA publicity shot in 1976. (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)

Comments are closed